17 août 2014

Citations tirées de mes lectures estivales

51OtJWYvAVL__SL160_Voici, en ce dimanche estival plutôt nuageux, quelques citations tirées de mes récentes lectures.

"Le terrain de golf est à vous n'est-ce pas?
-- Je le possède peut-être, mais je ne l'ai jamais maîtrisé." (Marc Fisher, Le Golfeur et le Millionnaire)

"Après la mort de son fils David, Pierre avait consulté un psychologue, qui l’avait incité à se trouver une activité dans laquelle s’investir, un passe-temps, physique ou intellectuel, pour se vider la tête. Sans grands espoirs, Pierre s‘était inscrit à un atelier de sculpture pour débutants. (…) Il s’était rapidement passionné pour cette activité. Voir la flamme surgir et le métal fusionner dans des gerbes d’étincelles captait toute son attention et le soustrayait au temps et à l’espace."  (Francois De FalkensteenLa belle affaire : Le roman de William H.)

CVT_les-heros-ca-strompe-jamais-tome1_172"La trop grande aisance de Max a pour résultat de la faire se sentir inadéquate, comme s’il la faisait participer à un match de tennis contre un adversaire trop fort pour elle. Le moindre des sourires confiants de son interlocuteur la rend méfiante. Se moque-t-il de moi? ne peut-elle s’empêcher de se demander."  (Marie Potvin, Les Héros, ça s'trompe jamais, Tome 1)

"Si la déraison est l’une des définitions de la schizophrénie, on peut affirmer que le sujet atteint du syndrome d’Asperger est trop raisonnable. Il ne ment jamais, mais il formule ce qu’il pense et ressent sans le moindre tact, sans aucun à propos, il fait ce qu’il a choisi et fuit ce qui lui déplaît."  (Ruth Rendell, 2 doigts de mensonge)

CVT_Vingt-et-un-tableaux-et-quelques-craies_2533

"Attends, laisse-moi deviner : ton grand-père est mort? Autrefois, on n'avait droit qu'à un décès de grand-père par année, deux à l'extrême limite, ensuite c'était fini. Mais aujourd'hui, avec les familles reconstituées, il peut facilement vous mourir un grand-père par semaine..."  (François Gravel, Vingt et un tableaux et quelques craies)

"Ils lui avaient toujours laissé le soin de décider des choses importantes, alors que les plus ordinaires -- par exemple, quels vêtements porter ou quelles activités pratiquer -- étaient imposées par sa mère. Le contraire serait tellement plus facile."  (Kit Pearson, Du temps au bout des doigts)

415iLIKA2IL__SL160_"… notre cerveau a besoin de stimulations. Ce besoin est tellement ancré en nous que si nous diminuons le nombre de stimulations auxquelles nous sommes exposés, il en inventera! En d’autres mots, notre cerveau doit être occupé à quelque chose, sinon il s’énerve!" (Lucie Mandeville, Malade et... heureux?)


Commentaires sur Citations tirées de mes lectures estivales

Poster un commentaire